Un enfant présente des troubles de l'oralité alimentaire lorsqu'il rencontre, pendant plus de deux semaines, des difficultés à s'alimenter par la bouche. Ce trouble peut être d'ordre sensoriel (hyposensibilité ou hypersensibilité), fonctionnel ou encore psychologique. Le TOA peut être consécutif à une hospitalisation, une nutrition artificielle, un handicap, une prématurité... ou encore être inexpliqué.

Au quotidien, un trouble alimentaire peut s'exprimer dans trois domaines :

  • la quantité (refus alimentaire ou faible quantité ingérée pendant les repas) 
  • la diversité (panel alimentaire restreint notamment)
  • le comportement (pleurs, colère, stratégie d'évitement...)

L'ergothérapeute, de part sa connaissance en intégration sensorielle, ergonomie et aménagement de l'environnement, tient une place importante dans la compréhension et l'accompagnement des troubles alimentaires.  

La prise en charge en ergothérapie vise la performance occupationnelle et combine :

  • une approche comportementale
  • une approche éducative pour les parents notamment
  • une approche physiologique

La prise en charge en ergothérapie des troubles alimentaires, bien que pionnière en France, s'appuie sur des études scientifiques avec des preuves de niveau 1 à 3.  

Ce suivi peut se faire en complément de séances auprès d'autres professionnels (orthophoniste notamment ...). 

Pour être la plus efficace possible, l'intervention doit être la plus précoce possible. 

Parlez-en avec votre médecin ! 

A noter que ce type de prise en charge en ergothérapie demande une formation supplémentaire. Mon attestation de réussite de la formation est disponible sur simple demande.